11
Oct
07

Jeudi 11 octobre: Le plaisir au dessin

Le plaisir au dessin: un parcours

1- Le tracé, la ligne
« Il faut toujours rechercher le désir de la ligne, le point où elle veut entrer ou mourir » Henri Matisse

Volterrano, Homme tenant par la bride un cheval
Volterrano, “Homme tenant par la bride un cheval”

arp
Jean Arp, “Dessin”

2- L’espace ouvert, investi
« Dessiner est toujours une métamorphose de signes qui changent d’aspect tels des insectes. Une métamorphose qui se répète toujours. Il n’y a pas de fin, pas de début. Il y a le sentiment d’aller, de venir, d’être toujours en route, de flux et de reflux. Pas de cadre évident, donc, mais plutôt un élargissement» Jan Fabre

fontana
Lucio Fontana, “Concetto spaziale”

faccini
Pietro Faccini,”Deux têtes d’homme barbu”

3- Matières, touches, sensations
« Il s’arrêtait parfois pour contempler un mur où s’étalaient des crachats de malades, et il s’en inspirait pour les batailles de cavaliers, les villes les plus fantastiques, les pays les plus immenses. C’était la même chose quand il regardait les nuages dans la nuit » Giorgio Vasari

 

michaux
Henri Michaux, “Taches”

 

dietman
Erik Dietman, “Aix”

 

Delacroix
Eugène Delacroix, “Etude de ciel nuageux”

4- Le geste du dessinateur
« Au commencement —encore— il y a le geste, c’est-à-dire non le seul mouvement, mais le dessin qui s’invente et qui se plaît à s’essayer, s’exerçant à saisir la fortune du trait. Dessinateur est celui dont le geste s’empare et conduit la main. C’est souvent un enfant, et souvent les plus grands dessinèrent très jeunes » Jean-Luc Nancy

 

 

41-beccafumi.jpg
Domenico Beccafumi, “Etude pour Zeuxis assis”

delacroix 2
Eugène Delacroix, “Croquis enfantin”

5- De la main dessinante à la main dessinée
« Je sens ma main glisser sur le papier… » Willem De Kooning

 

bandinelli
Baccio Bandinelli, “Etude de mains”

viala
Claude Viallat, Sans titre

6- La forme qui se cherche
« Dans ces œuvres inachevées on voit les restes du dessin et on surprend la pensée même de l’artiste et c’est une puissante recommandation que la douleur de sentir cette main arrêtée pour toujours au milieu d’un aussi beau travail » Pline l’Ancien

« Il se peut que le Dessin soit la plus obsédante tentation de l’esprit… Est-ce même de l’esprit qu’il faut dire ? Les choses nous regardent. Le monde visible est un excitant perpétuel : tout réveille ou nourrit l’instinct de s’approprier la figure ou le modelé de la chose que construit le regard ». Paul Valéry

gaudier
Gaudier-Brzeska, “Lutteurs”

michel ange
Michel-Ange, “Deux hommes luttant”

7- Soutenir l’insoutenable
« Originelement le « beau » ne désigne pas autre chose que ce qui excite sexuellement. Le fait que les organes génitaux eux-même, dont la vue détermine la plus forte excitation sexuelle, ne peuvent jamais être considérés comme beaux, est en relation avec cela » Sigmund Freud
« Nous avons plaisir à regarder les images les plus soignées des choses dont la vue nous est pénible dans la réalité, par exemple les formes des animaux parfaitement ignobles ou les cadavres » Aristote

 

brus
Günter Brus,”Drei Kreuze”

 

viti
Timoteo Viti, “Etude pour une crucifixion”

lequeu
Jean-Jacques Lequeu, “Age pour concevoir”

 

errand
Charles Errard, “Visage de femme parmi des écorchés”

8- La passion du corps
« Tout image part du corps —c’est-à-dire s’en sépare— et y revient » Georges Didi-Hubermann

 

 

dietman 2
Erik Dietman, “La chaussette”

 

celini
Benvenuto Cellini, “Etudes”

 

9- Des plaisirs à dessein

« Il arrive que le dessin veuille saisir, moins des scène de plaisir (c’est affaire de « tableaux », voire de scénarios) que la forme d’un plaisir, l’élan de son désir, les rythmes et les inflexions propres de l’une ou l’autre des espèces de la jouissance ou de la joie : comment le sensible (car tout plaisir est sensible, y compris le plus spirituel) se plaît à se ressentir lui-meme et à ne cesser d’aller plus loin dans la levée de sa propre « délectation » (selon le mot que Poussin choisit pour dire le cut de son art) ». Jean-Luc Nancy

91-martin.jpg
François Martin, “Bouche-baiser”

 

durer
Albrecht Dürer, “Etude de drapé”

10- Le dessein hors du dessin
« Il n’y a ni formes ni objets. Il n’y a que des événements —des surgissement, des apparitions » André Masson

 

 

101-rist.jpg
Pipilotti Rist, “Pipilotis Fehler”

 

sunday
Elisabeth Sunday, “Masai Shadows”

Anuncios

5 Responses to “Jeudi 11 octobre: Le plaisir au dessin”


  1. 1 Osana
    noviembre 4, 2007 en 6:25 pm

    Los dibujos son preci-osos; algunos impresionantes; La chaussette de Dietman me da mucha gracia porque en vez de ver un calcetin (“media” para los del nuevo continente)veo la cara de J.L Borges.

  2. 2 soloosos
    noviembre 4, 2007 en 6:31 pm

    No sabía que Jorge Luis Borges fuera adepto de prácticas fetichistas.
    A mí me impresionó mucho uno de los dibujos más feos: “La crucifixión” de Günter Brus. A tal punto que tuve un sueño. Soñé que me dolía la cabeza. Alguien me decía: “¿quiere una aspirina?” Yo respondía:”No, gracias, quiero una hostia”.

  3. 3 marion
    septiembre 19, 2009 en 10:37 am

    hola quiero saber si podrias darme informaciones sobre el cuadro de michaux “taches” muchas gracias (soy frances).

  4. 4 soloosos
    septiembre 21, 2009 en 10:46 am

    Hola Marion

    Para mayores informaciones, podés consultar el catálogo de la exposicion: “Le plaisir au dessin”… Hasta pronto

  5. diciembre 30, 2013 en 10:17 am

    Très bon article que j’ai consulté avec grand plaisir et attention.
    MERCI.

    Je vous invite à en voir d’autres ici:
    http://art-borescences.pagesperso-orange.fr/


Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s


Autor/Auteur

DIEGO VECCHIO, Buenos Aires, 1969. Reside en Paris desde 1992.

Publicó "Historia calamitatum" (Buenos Aires, Paradiso, 2000), "Egocidio: Macedonio Fernández y la liquidación del yo" (Rosario, Beatriz Viterbo, 2003), "Microbios" (Rosario, Beatriz Viterbo, 2006) y "Osos" (Rosario, Beatriz Viterbo, 2010).

Contacto: dievecchio@gmail.com

octubre 2007
L M X J V S D
    Nov »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A %d blogueros les gusta esto: