28
Sep
08

28 septembre: arrivée de nouveaux ours dans la collection (dans la vie, il n’y a pas que de malheurs).

Ours retrouvés dans une poubelle!

Don: Leena Rantanen

INV-2008-8/16

Anuncios

6 Responses to “28 septembre: arrivée de nouveaux ours dans la collection (dans la vie, il n’y a pas que de malheurs).”


  1. 1 ourson
    septiembre 29, 2008 en 11:52 am

    Sacrée brochette. On les mangerai ! Mais est-ce que le deuxième en partant de la gauche est bien un ours ? Je suis sûr que c’est un intrus. On dirait une souris ou un rat barriolés.

  2. 2 soloosos
    septiembre 29, 2008 en 12:26 pm

    Mais ce n’est pas une souris! C’est un ours! Je le jure. C’est un ours. Un ours qui, pour survivre dans la poubelle a dû prendre l’aspect d’une souris. Mais ce n’est qu’une apparence!

  3. 3 Anabear
    septiembre 29, 2008 en 4:09 pm

    J’aime beaucoup l’ours noir à droite, le frisé et le petit blanc devant; par contre je puis affirmer de façon catégorique que le deuxième n’est pas un ours, mais alors PAS DU TOUT; c’est bien une souris; je ne m’étonne pas que le destin l’ait conduite à la poubelle, son royaume; les ours sentent bon la forêt!!!!!!

  4. 4 ourson
    septiembre 29, 2008 en 6:43 pm

    Je suis sûr que Soloosos a fait exprès de mettre un intrus. C’est pour tester nos capacités de reconnaissance oursine. Si ce n’est pas le cas, je m’inquiète pour lui…

  5. 5 leena rantanen
    septiembre 30, 2008 en 9:29 am

    Oui, j’avoue, moi, Leena, qui a sauvé toute cette bande malheureuse dans un énorme tas de déchets, objets non-vendus de la brocante au Maubert-Mutualité… le deuxième ours joyeux est une souris. J’en étais à peu près sûre seulement plus tard, il faisait noir, els balayeurs arrivaient, j’étais pressée, il fallait faire vite et j’avais autant pitié de cette créature que personne voulait, sauf Diego, peut-être (?). Puis c’est une question philosophique et sociologique et dramatique : si on ne l’accepte pas, serait-ce du racisme ? Je trouve que Diego est une personne remarquable : comme directeur de l’orphelinat des ours il a montré beaucoup de grandeur, de tolérance en disant que cette souris – d’ailleurs beaucoup plus costaux et forte que la plupart des ours, elle a même les moustaches impressionnants – peut passer pour un ours.
    Plutôt que discuter de détail nous devrions hurler contre notre société de consommation. Avant, on aimait les ours, les ours ou les souris, jusqu’à ce que leurs poils étaient complètement usés, n’existaient plus, et maintenant : hop, à la poubelle, encore neuf, parce que l’enfant a trop de tout.
    Si Diego n’était pas à Paris…
    Moi même j’envoyais les ours trouvés en Finlande, à Helsinki, dans l’orphelinat de mon amie Emmi.

  6. 6 Ana
    septiembre 30, 2008 en 11:03 am

    Un des plus grands chagrins de ma vie : je pars à la Maternelle le matin et quand je reviens, comme tous les jours, je vais voir ma Lapine adorée.Ma mère l’avait jetée sens rien me dire; elle pensait que “j’étais trop grande pour avoir une peluche”.Elle était partie avec les éboueurs, perdue à jamais. Elle était trop “usée” et il était temps de la jeter , disait-elle( l’usure est un concept d’adulte);je ne m’en remettrai jamais. Ce sont les parents qui trient et qui jettent, qui disent à leurs enfants qu’il est temps de faire table rase, effrayés par l’accumulation dont ils sont responsables bien souvent; les enfants ne jettent jamais rien; les seuls coupables sont les parents qui brisent les rêves de leurs enfants avec une légèreté qui m’étonnera toujours!


Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s


Autor/Auteur

DIEGO VECCHIO, Buenos Aires, 1969. Reside en Paris desde 1992.

Publicó "Historia calamitatum" (Buenos Aires, Paradiso, 2000), "Egocidio: Macedonio Fernández y la liquidación del yo" (Rosario, Beatriz Viterbo, 2003), "Microbios" (Rosario, Beatriz Viterbo, 2006) y "Osos" (Rosario, Beatriz Viterbo, 2010).

Contacto: dievecchio@gmail.com

septiembre 2008
L M X J V S D
« Ago   Oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A %d blogueros les gusta esto: