Archivo para 26 junio 2008

26
Jun
08

Jeudi 26 juin: Julien Barthes

“Nous devrions essayer, chaque fois que nous pensons au corps humain, au corps de l’autre, aux corps des autres, et à notre corps, d’être toujours un peu plus subtils et plus délicats, de sentir combien, par l’image du corps, nous sommes fragiles, et en quelque sorte vulnérables… […]  Ce monde de la subtilité et de la fragilité du corps humain, pour moi, il n’y a vraiment que la littérature qui puisse en rendre compte”.

Roland Barthes, Encore le corps.

Anuncios
26
Jun
08

Jeudi 26 juin: lectura en la Sorbonne

Julien Roger: “Diego Vecchio: contar el cuerpo”

Para leer la ponencia/pour lire la communication:

http://lesal.info/spip.php?article179

Diego Vecchio: lectura de “Las damas de las focas”, Microbios, Beatriz Viterbo

23
Jun
08

26 y 27 de junio: coloquio “vivir del cuento”.


22
Jun
08

26 y 27 de junio: coloquio “Vivir del cuento” en línea

Pour ceux qui souhaiteraient écouter en direct la communication de Julien Roger sur “Microbios” ou la lecture de “Las damas de las focas”, jeudi 26 juin, à 9H30…/ Para los que quieran escuchar en directo la comunicación de Julien Roger sobre “Microbios” o la lectura de “Las damas de las focas”, el jueves a las 9H30…

El coloquio “Vivir del cuento. El cuento hispanoamericano contemporaneo” (que tendrá lugar en la Sorbona, el miércoles 25 y el jueves 26 de junio) se transmitirá en directo via la web, para los que no puedan asistir.

1. Habrá que entrar la direccion : http://vod.rap.prd.fr/ramgan/broadcast/actesorbonne.rm .
2. En el programa « real player », que se podrá descargar en la pagina web de la Sorbona : http://www.paris-sorbonne.fr/ a partir de hoy.
Hemos hecho un test, y el sonido será de alta calidad.

3. Será posible dejar un comentario en la siguiente dirección : adechatellus@hotmail.com.

4. El programa y la presentación completa del coloquio (biografía de los 6 autores, bibliografia, etc) están en la página web de la Sorbona http://www.paris-sorbonne.fr, enlace “Colloques”

21
Jun
08

21 juin: un rêve réalisé, la visite au palais idéal de Ferdinand Cheval

Il y a 140 ans, en 1867, Ferdinand Cheval occupait son premier emploi de facteur rural à Anneyron dans la Drôme, avant d’être nommé 2 ans plus tard à Hauterives.

Par tous les temps, il effectuait un parcours difficile de 32 km, en osmose avec la nature : « que faire en marchant perpétuellement dans le même décor, à moins que l’on ne songe ? Pour distraire mes pensées, je construisais en rêve un palais féerique ». C’est au cours d’une de ses longues tournées que le rêve du piéton de Hauterives prit forme en 1879 :
« Je marchais vite lorsque mon pied accrocha quelque chose qui m’envoya rouler quelques mètres plus loin. Je fus très surpris de voir que j’avais fait sortir de terre une pierre à la forme si bizarre, à la fois si pittoresque que je regardais autour de moi. Je vis qu’elle n’était pas seule »


Ce fut le début d’une extraordinaire aventure qui dura 33 ans, de 1879 à 1912. Seul, à l’aide de sa brouette « sa fidèle compagne de peine », il transporta des milliers de cailloux dans son jardin potager. Les pierres, les coquillages devinrent fontaine source de vie, grottes, temples orientaux, crèche merveilleuse, géants, château, mosquée… Des végétaux s’épanouirent, de nombreux animaux et oiseaux y trouvèrent refuge. Des inscriptions aussi, comme celles-ci : « Tout ce que tu vois, passant, est l’œuvre d’un paysan. D’un songe, j’ai sorti la Reine du monde ». Un monument inclassable de 26 m de long, entre 8 et 10 m de haut et 14 m de large, surgit peu à peu « où les fées de l’Orient viennent fraterniser avec l’Occident »

21
Jun
08

21 juin: visite au villages des ours et des poupées (lens-lestang)

VITRINE 1: les ours et l’alphabet

VITRINE 2: l’ours aux gros nez

VITRINE 3: l’ours magicien

VITRINE 4: les ours et la musique

URSUS MELANCOLICUS

HISTOIRE D’UN MECHANT OURS

18
Jun
08

18 juin: vernissage de l’exposition “Dess(e)ins italiens”


DESS(E)INS ITALIENS

MUSEE DE BEAUX-ARTS DE LYON

20 juin – 29 septembre 2008


Le musée des Beaux-Arts de Lyon conserve une riche collection de dessins anciens. Le fonds italien comprend près de 270 feuilles allant de la fin du XVe siècle au tout début du XIXe siècle. Certains dessins étaient connus mais la plupart n’avaient jamais été étudiés ni exposés et de nombreuses découvertes ont été faites récemment. L’exposition présente soixante-huit dessins restaurés pour l’occasion, provenant pour la grande majorité, des collections du musée.

Des dessins de Parmesan, Perino del Vaga, Alessandro Casolani, Domenico Fetti et Giovanni Battista Caracciolo viennent ainsi s’ajouter au corpus des œuvres existantes de ces artistes.

Le parcours de l’exposition se décline en six sections. Leur contenu reflète la fonction du dessin à l’époque moderne : mettre en place et préparer une œuvre peintre, sculptée, gravée, décorative ou un élément d’architecture. Un processus est ainsi suggéré. Au commencement, les premières pensées, selon une expression appartenant au champ du dessin, correspondant aux toutes premières mises en place des idées graphiques en matière de disposition puis viennent les études de compositions, les études de proportions, les études de détails, les études de décors ou d’ornements. La dernière section (Portraiturer, Dessiner une scène de la vie quotidienne et un paysage ) consacre, en revanche, une autonomie possible du dessin.

Trois dossiers ponctuent l’exposition. Ils illustrent la dimension heuristique du dessin (ce qui fait que le dessin est un moteur de recherches, un projet, une intention). Cela concerne les dessins de Filippino Lippi, Fra Bartolommeo et du Cavalier d’Arpino auxquels ont été confrontées des feuilles provenant d’autres cabinets.

Commissariat de l’exposition

Eric Pagliano, conservateur du patrimoine, pensionnaire à l’Institut National d’Histoire de l’Art.
Sylvie Ramond, conservateur en chef du patrimoine, directeur du musée des Beaux-Arts de Lyon.

Eric Pagliano, l’Ourson, est conservateur du patrimoine, spécialiste du dessin et des liens entre littérature, oursons, poussins et peinture. Son expertise a permis la découverte et l’attribution d’œuvres aujourd’hui conservées dans les fonds d’arts graphiques de plusieurs musées. Pensionnaire à l’Institut National d’Histoire de l’Art, il a travaillé sur le répertoire des peintures italiennes conservées dans les collections publiques françaises. Il a été le commissaire de plusieurs expositions et notamment “Le plaisir au dessin”, présentée au musée des Beaux-Arts en octobre 2007 en collaboration avec Jean-Luc Nancy. Depuis 2006, il étudie le fonds de dessins italiens du musée des Beaux-Arts de Lyon et celui du musée de Grenoble, aussi bien que la richissime collection d’ours en peluche de Voreppe. Il aime bien les yaourts, les tartines et le miel.


Edition d’un catalogue de collection
Eric Pagliano, Dess|e|ins italiens – Collection du musée des Beaux-Arts de Lyon.
Ce catalogue recense la totalité de la collection de dessins Italiens du Musée des Beaux-Arts de Lyon et interroge les pratiques d’attribution d’un dessin.
280 p. env., 80 illustrations couleur et 280 vignettes env.




Autor/Auteur

DIEGO VECCHIO, Buenos Aires, 1969. Reside en Paris desde 1992.

Publicó "Historia calamitatum" (Buenos Aires, Paradiso, 2000), "Egocidio: Macedonio Fernández y la liquidación del yo" (Rosario, Beatriz Viterbo, 2003), "Microbios" (Rosario, Beatriz Viterbo, 2006) y "Osos" (Rosario, Beatriz Viterbo, 2010).

Contacto: dievecchio@gmail.com

junio 2008
L M X J V S D
« May   Jul »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30